Nous devons nous féliciter. Nous avons déjà dans nos mains le nº 300 du magazine OFFICES. Nous le regardons, nous sentons … Et cette odeur si caractéristique d’une nouvelle impression (et de nouveaux contenus), que nous aimons tant, nous rappelle que ces jours fêtent son 45ème anniversaire.

Nous devons nous rappeler que le concept de «bureau moderne» est en lui-même une «invention» relativement nouvelle de pas plus de 100 ans. Il est né comme un sous-produit de l’usine, pour s’en émanciper progressivement. Pour cette raison, pour moi et pour beaucoup, OFFICES est cet outil, auquel chaque architecte part à la recherche de références, passées et présentes, pour tenter de construire un avenir meilleur.

Le présent est, était et sera en train de changer. L’évolution n’est pas un cercle qui finit là où il commence, mais c’est une spirale croissante, avec certaines révolutions spécifiques. Comme l’a dit Steve Jobs, «vous ne pouvez pas relier les points à l’avenir; vous ne pouvez les relier qu’en regardant le passé.  »

Au 19ème siècle, la machine à écrire, le télégraphe, l’ascenseur, l’éclairage au gaz, … ont marqué un changement radical dans les différents processus de travail … Nous les avons tous surmontés. Voyons voir ce qui a changé ces derniers temps, et surtout à quelle vitesse: Internet, e-mail, téléphonie mobile, wifi, réseaux sociaux, whatsapp …

L’avenir du bureau dépend de son passé et de son présent, de nos techniciens, de nos clients, des utilisateurs, de la société, des nouvelles technologies, des fabricants, des nouveaux profils professionnels, des médias , des nouvelles organisations et surtout des nouvelles méthodologies de travail.

De plus en plus, la production industrielle est sous-traitée et, par conséquent, elle s’éloigne du cœur des entreprises. La séparation entre DESIGNED IN et MADE IN augmente. Mais, d’un autre côté, les services que ceux-ci contribuent aux utilisateurs, deviennent plus importants. Concevoir des bureaux, de plus en plus, c’est savoir raconter une histoire. Par conséquent, les bureaux, initialement marginaux, sont désormais l’âme des entreprises.

Dans le monde virtuel, sur Facebook, Linkedin, …, nous avons tous un « avatar ». Mais même ainsi, notre vrai soi doit être lié. Par conséquent, à l’heure actuelle, les bureaux d’entreprise sont le meilleur symbole de l’entreprise, un espace pour l’interaction des personnes et l’apprentissage. C’est là, et pas ailleurs, que nous pouvons partager et rechercher la «fertilisation croisée des idées».

La société a changé, l’accès à l’information, la mise en réseau, nous sommes totalement hyperconnectés …. Maintenant plus que jamais, il est important d’analyser sociologiquement le lien entre comportement individuel et travail, avec le collectif. Les nouveaux espaces de travail rendent service à une nouvelle communauté formée par des individus qui interagissent.

Si dans le présent nous tendons à des entreprises avec des structures organisationnelles liquides, qui ont perdu leurs hiérarchies pyramidales, tout cela doit être finalement transféré à une nouvelle architecture de bureau.

La valeur des entreprises réside dans les personnes, dans le talent de la même, mais surtout dans la façon dont la connaissance est partagée entre eux. C’est ce que l’on appelle « l’économie du savoir ». Il y a quelques années, nous avons parlé d’amener et de retenir du talent, aujourd’hui nous parlons de le connecter. Il n’est plus nécessaire d’apporter du talent, mais de l’attirer. Vous pouvez attirer des talents et des clients situés à km. Avec les nouvelles technologies, les distances ne sont plus physiques, mais seulement mentales.

Google, Facebook et d’autres ont copié des schémas de mise en œuvre similaires à ceux de l’université. Les centres de coworking le savent bien et les entreprises imitent maintenant leur « format ». Nous devons penser que le coworking qui a tellement proliféré ces derniers temps existerait avec et sans crise. Ils ne sont pas un moyen de réduire les coûts fixes, mais une nouvelle façon de travailler et de relation.

Mais le temps est venu pour nous d’innover encore plus dans le monde du bureau. Nous innovons seulement si nous faisons ce que nous imaginons. Faisons-le avec des BUREAUX! Concevons le bureau du futur!

On pourrait maintenant parler de co-design, de design glocal, de pensée latérale, de design thinking, …, mais c’est déjà une autre histoire.

Miquel Àngel Julià, architecte

Directeur du Design de GRUP IDEA

Télécharger la publication

Vous avez un projet?
Nous contacter

Nous vous envoyons un devis sans engagement



En envoyant mes données, je confirme que j'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité.

T. +34 932 688 450