Le 15 février, Grup Idea était présent à la table ronde sur la transversalité sectorielle qui a rassemblé des sujets tels que l’hybridation des espaces entre les secteurs de l’hôtellerie, du commerce, des bureaux d’entreprise et du logement et l’importance d’une architecture saine et d’un éclairage confortable. La session “Transversalité sectorielle. L’hôtel comme typologie architecturale du futur” a ouvert l’édition numérique du salon Interihotel sur la décoration intérieure des hôtels. 

Au cours de la réunion, ils ont parlé de la nécessaire transformation des espaces hôteliers à partir de l’hybridation d’autres secteurs : Coworking, Coliving, Retail et autres services 24h/24. Miquel Ángel Julià Hierro, architecte, coordinateur du Grup de Treball Retail du COAC, directeur et professeur de l’Escola Sert et directeur de la stratégie et du design de Grup Idea, a participé à la table ronde en tant que présentateur et modérateur. Felip Neri Gordi, expert en Facility Management et collaborateur de l’équipe Happy Working Lab et Tainá Zagonel, architecte et chef de projet chez Grup Idea ont participé. Ont également participé à cette manifestation Gisela Steiger, directrice de la création et cofondatrice du Light Squad Studio ; Nieves Fernandez, architecte spécialisé dans les installations éphémères et du retail, architecte en chef de Método Montes ; et Sonia Hernandez, fondatrice de Arquitectura Sana.

 

La conception hybride des espaces et l’impulsion de l’environnement digital

 

Miquel Àngel Julià a commencé la table ronde par une réflexion sur la situation de crise des typologies de bâtiments actuelles et sur le chemin de l’hybridation et du changement d’usage des espaces comme les logements, les hôtels, les bureaux d’entreprises, les hôpitaux ou les écoles. “La pandémie nous a permis de faire un Stop & Think. Il faut s’interroger sur les typologies de bâtiments avec lesquelles nous avons jusqu’à présent projeté et créé la ville. Nous devons conceptualiser de nouveaux espaces à l’aide de systèmes hybrides”.

Pour Felip Neri, expert en Facility Management, cette hybridation et la coexistence des usages dans un même espace est déjà une réalité. Au Happy Working Lab, ils convertissent des propriétés résidentielles en logements partagés où les gens vivent, travaillent, étudient et partagent des services et des activités récréatives ou sportives.

En raison également de la pandémie et du frein au tourisme, 75 % des hôtels de Barcelone sont fermés et certains d’entre eux, pour faire face aux coûts inhérents, sont également devenus des copropriétés, profitant d’une typologie très proche de cette utilisation. Felip Neri a souligné l’opportunité de ces deux approches pour répondre à une partie du problème du logement abordable.

Tainá Zagonel, architecte, décoratrice d’intérieur et experte en retail, a parlé de l’importance d’agir avec agilité en temps de pandémie. Elle qui a récemment travaillé comme chef de projet sur des projets de retail pour de grandes marques, a parlé de l’expérience de Grup Idea en matière de design, d’ingénierie et de gestion pour les quatre secteurs dans lesquels ils sont spécialisés et du nombre d’entreprises qui sont aujourd’hui hybrides et dont les usages sont mixtes. “Toujours dans le cadre des travaux, nous avons dû intégrer des outils technologiques pour étendre la connectivité, travailler avec l’équipe à distance et donner au client la tranquillité d’esprit dans la gestion du projet”. 

La dynamisation de l’environnement numérique est également l’une des actions qu’ils mènent à travers le département R&D de Método Montes où travaille Nieves Fernández. “Les typologies d’hôtels doivent changer pour survivre. Les hôtels pourraient générer des espaces virtuels pour les conventions et y créer du contenu. Nous devons penser aux générations natives du numérique et convertir les espaces pour qu’elles nous comprennent”, a-t-elle souligné. En d’autres termes, l’avenir consiste à trouver la symbiose parfaite entre le monde numérique et le monde physique, pour entrer dans le langage et les besoins d’aujourd’hui.

 

Une architecture saine et des critères d’éclairage pour plus de confort

 

En plus de concevoir des espaces polyvalents et flexibles, il sera nécessaire de mettre au centre les besoins biologiques et physiologiques des personnes. Sonia Hernández-Montaño, promotrice d’Arquitectura Sana, accompagne diverses entités pour introduire des critères sanitaires dans leurs projets. “Jusqu’à présent, il y avait une vision sectorielle et très rigide des espaces réduits à un seul modèle familial. Selon M. Hernández, les hôtels doivent également transcender les typologies standardisées afin que les espaces s’adaptent aux besoins réels d’utilisation. De son point de vue, les espaces doivent être conçus avec une qualité biotique optimale, en choisissant des matériaux et des systèmes biocompatibles, comme dans le cas d’un éclairage adapté aux critères chronobiologiques.

Pour sa part, Gisela Steiger, du Light Squad Studio, a expliqué que l’éclairage est de plus en plus indispensable dans la recherche du confort des utilisateurs et que des stratégies doivent être adoptées pour améliorer l’expérience des utilisateurs, tant dans les espaces de travail que de détente. Le confort doit être atteint. “Dans les espaces polyvalents, le confort est obtenu par le zonage et la mise en valeur de la matérialité”, a-t-il ajouté.

Pour conclure, les intervenants ont partagé leurs impressions sur la façon dont nous vivrons en 2030 : dans des lieux communautaires, des espaces polyvalents, sains, sûrs, confortables et naturels où la lumière artificielle n’est qu’une conséquence de la lumière naturelle. “De nombreux changements dépendent de l’administration, mais aussi de nous-mêmes, en tant que personnes actives et conscientes de nos habitudes de consommation et de l’impact de nos décisions”, a déclaré Sonia Hernandez. La session peut être consultée sur la page Interihotel «Transversalité sectorielle. L’hôtel comme typologie architecturale du futur » en espagnol.

 

La médicalisation des hôtels, à l’Interihotel 2021

 

La première semaine de l’Interihotel 2021 s’est terminée par la présentation de l’étude de cas Hotel-Salut sur la médicalisation de l’Hôtel Catalonia Plaza en collaboration avec l’Hôpital Clínic pendant la pandémie de coronavirus. L’objectif de l’étude du projet Hotel-Salut était de compiler l’expérience accumulée et d’établir des lignes directrices pour de futures installations.

L’étude a été réalisée par le personnel enseignant et les étudiants des cours de troisième cycle de l’Escola Sert intitulés “Projeter l’hôtel du XXIe siècle” et “Gestion des installations”, et a été soutenue par les architectes des groupes de travail “Gestion des installations”, “Retail” et “Architecture et santé” du COAC,

Pour cela, Miquel Àngel Julià Hierro, a présenté et animé une table ronde à laquelle ont participé : Sandra Bestraten, présidente de la Démarcation de Barcelone de la COAC ; Anna Prats, trésorière et coordinatrice des groupes de travail de la COAC ; Daniel Isern, directeur du cours de troisième cycle en design hôtelier 3.0, de l’Escola SERT et Lourdes Sitjà, directrice de l’Hôtel Catalonia Barcelona Plaza. Pour clôturer la session, Manel Casals, directeur du Gremi d’Hotels de Barcelone et secrétaire général de l’association des hôtels de Barcelone. La session peut être récupérée sur la page “Étude de cas Interihotel: Projet Hotel-Salut”  en espagnol.

Des réflexions et des études comme celles-ci et les changements qui se produisent dans le secteur du tourisme, nous amènent à réfléchir non seulement sur le changement de réglementation dans le secteur hôtelier, mais aussi sur la nécessité, comme l’a dit Miguel Angel Julià, “d’avoir un regard transversal entre les différentes typologies de bâtiments, en reliant les différents usages en fonction des demandes de l’utilisateur”.

Vous avez un projet?
Nous contacter

Nous vous envoyons un devis sans engagement



    En envoyant mes données, je confirme que j'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité.

    T. +34 932 688 450