Le salon de l’innovation pour le bâtiment, REBUILD 2020, vient de terminer une nouvelle édition au Centre international de convention de Barcelone (CCIB). Plus de 4000 visiteurs, 100 entreprises exposantes et 261 intervenants se sont réunis parmi les mesures de sécurité strictes contre le covid. Jeudi après-midi, Grup Idea et Abessis ont participé à une session programmée dans le cadre du “Retail Vertical”, un ensemble de sessions pour parler de l’innovation dans la gestion de la conception d’espace, des outils de construction et de la technologie dans le secteur du retail.

 

Les 3R dans Retail: REPENSER, REBUILD, RETAIL

Le retail est le secteur dans lequel la plus grande dose de recherche et de développement a été effectuée et la manière de construire des espaces est également en train de changer complètement. Miquel Àngel Julià Hierro, architecte directeur de la stratégie et du design chez Grup Idea et vice-président du Retail Design Institute Spain, a animé les trois tables rondes du “Retail Vertical”, un ensemble de sessions avec un total de neuf intervenants experts du secteur pendant Rebuild 2020.Lors de la première session, les aspects de l’industrialisation du projet architectural, les nouveaux processus pour améliorer la phase de gestion, d’exploitation et de maintenance, ainsi que l’évolution et l’excellence de la construction ont été abordés.

Pour Francesc Máñez, PDG de QMax Retail Solutions, la méthodologie de gestion de projet est essentielle car elle est la porte de communication entre le client et la marque et doit être adaptable. La technologie n’est qu’un outil permettant de rendre les projets plus intégrés, plus accessibles et plus importants. Malgré les avancées technologiques, le facteur humain sera fondamental : “90% des projets réussis sont construits sur la confiance avec le client”.

Lluís Sáiz, associé, directeur commercial et développement de Grup Idea, a insisté sur le fait que “sans gestion, il n’y a pas de bonne conception” et qu’une tâche essentielle est de faire durer une bonne conception. Avec trop d’options pour s’attaquer aux projets, l’architecte doit connaître les préférences et les besoins du client en matière de conception, savoir où ils vont, et prendre des mesures claires avec l’aide d’outils de gestion. “Ces outils vous permettent de travailler avec plus de souplesse, de documenter chaque étape et de gagner en productivité. Grâce à des informations actualisées et disponibles, nous pouvons tirer des enseignements de chaque projet et concevoir plus tôt et mieux”. D’autre part, la transformation des espaces s’accélère et exige beaucoup d’adaptabilité. “Le bureau flexible est un bon exemple, mais cette adaptabilité devrait s’appliquer à tous les espaces”, a-t-il conclu.

GrupIdea_Abessis_Rebuild2020_1_Juan-Guaita-1.jpeg

Juan Guaita, responsable business & développement chez Abessis, lors des sessions Retail à Rebuild 2020.

Une bonne planification est également un aspect décisif dans la gestion des travaux. Juan Guaita, directeur commercial et développement chez Abessis, entreprise de construction de Grup Idea, a expliqué que la construction est un secteur peu évolutif, avec souvent des délais de travaux très justes et que les marques doivent valoriser et fidéliser l’entreprise de construction pour obtenir de meilleurs résultats. Il a en outre présenté un logiciel de suivi des travaux à distance qui permet d’optimiser les processus et de gagner du temps. “Avec ce nouvel outil, nous pouvons assister à une visite virtuelle de n’importe quel chantier grâce à un logiciel et une caméra à 360º”, a expliqué l’incorporation de la plateforme Holobuilder dans les services d’Abessis.

 

Vers un processus BIM pour le retail

 

Lors de la deuxième table ronde, le rôle du BIM (Building Information Modeling) dans le retail a été analysé. La numérisation des produits à vendre ou des infrastructures qui servent de mobilier de vente ouvre une toute autre façon d’appréhender le projet architectural de Retail.

Dans la première intervention, María Callis, présidente du Retail Design Institute Spain, a insisté sur le fait que le BIM doit être un modèle personnalisé pour chaque entreprise de retail et qu’il doit être résolu dès l’intégration. Ce processus de gestion des données est nécessaire car les entreprises sont des entreprises complexes, basées sur des expériences phygitales de plus en plus sophistiquées. De plus, il s’agit d’un environnement où l’incertitude, le changement et la recherche de la rentabilité sont très courants.

Rebuild2020_2_María-Calís-1.jpeg

María Calís, présidente du Retail Design Institute Espagne, lors de sa présentation aux sessions Rebuild 2020 Retail.

En plus de la recherche de l’efficacité par les données, l’architecte et consultant en Facility Management Felip Neri Gordi a parlé de l’importance de mettre le client au centre par le biais du Facility Management (FM). “Nous avons conçu trop longtemps sans penser aux personnes et le FM est actuellement le facteur qui permet de réadapter les bâtiments aux nouvelles conditions et doit apporter ses connaissances dans la planification du projet”. Dans le domaine du retail, a-t-il expliqué, notre conscient et notre subconscient doivent embrasser les étapes où passe notre quotidien et pivoter vers un monde efficace, durable.

Le troisième intervenant, Adrian Used, a parlé de son expérience au sein de BIM Building Engineering, un cabinet d’architecture et d’ingénierie qui applique la méthodologie BIM. “Grâce aux capteurs, nous pouvons contrôler si le client retail s’arrête dans l’une ou l’autre des linéaires ce qui améliore la conception. Nous sommes en mesure de savoir quel est le problème dans le magasin afin de trouver la solution la plus optimale”, a-t-il expliqué.

 

XR-Experience reality. Médias virtuels pour la réalité physique

 

Lors de la dernière session, le thème des médias virtuels pour la réalité physique, l’intégration des projets numériques et du monde online et l’utilisation des données pour améliorer l’expérience de l’utilisateur dans le magasin physique ont été abordés. Txus Portemeñe, PDG d’Interficie et directeur technique de McCann Worldgroup Barcelone, Enric Quintero, directeur général de Beabloo et Yuka Nakasone, stratège en chef de Global Bridge, ont participé à cette session.

Interficie, société de développement de logiciels, Txus Portemeñe est chargé de l’exécution du cycle complet des projets numériques : conseil, architecture, conception UX-UI, développement, maintenance et amélioration continue. Avec une équipe technique de programmeurs, il a développé plus de 400 projets numériques.

Le plus important, souligne-t-il, “est de maintenir une véritable stratégie omnicanal, d’effacer les barrières entre le monde online et offline et de placer le client au centre”. De cette façon, explique-t-il, avec une communication plus personnelle, l’expérience de l’utilisateur est sublimée et des informations pertinentes sont obtenues. Grâce au Project Design Hub pour l’hôtel Barceló, par exemple, ils ont conçu un modèle de co-création afin que les mêmes architectes et décorateurs d’intérieur de la base de données VIP de Barceló prennent des décisions sur le futur design de l’hôtel.

Rebuild2020_3_Txus-Portemeñe-2.jpeg

Txus Portemeñe, PDG d’Interficie, lors de sa présentation aux sessions Rebuild 2020 Retail.

Enric Quintero, par l’intermédiaire de Beabloo, cherche également à améliorer l’expérience des utilisateurs dans le monde online dans le but d’augmenter les ventes et la satisfaction des utilisateurs. “Les sites web exploitent beaucoup d’informations, mais pas le monde physique”, a-t-il déclaré. Avec Beabloo, ils utilisent des caméras aériennes, des écrans, des panneaux numériques et des compteurs de personnes dans les magasins physiques pour connaître le flux des utilisateurs et lancer des campagnes personnalisées beaucoup plus précises grâce à la technologie des données.

Dans une perspective beaucoup plus large, Yuka Nakasone, de Global Bridge, a parlé de l’avenir de l’industrie du retail d’un point de vue historique et anthropologique. Selon Yuka Nakasone, nous nous dirigeons vers l’industrie 5.0, où nous passerons de l’IoT (Internet des choses) et de l’IoH (Internet pour les humains) à l’IoE, l’Internet de tout (Everything), dans lequel nous commencerons à interagir avec l’intelligence artificielle sans ordinateur.

Comme l’a conclu Miquel Àngel Julià, “il n’y a plus la nécessité d’aller au magasin, mais plutôt le désir du consommateur d’aller faire l’expérience de la marque”. Et il a soulevé la question suivante : si avec les smartphones, en plus de nombreuses autres utilisations, nous pouvons faire des appels, pourquoi ne pas concevoir des “Smartstore” dans lesquels on pourrait comprendre l’espace comme un lieu de socialisation et un point de rencontre créatif entre les consommateurs et la marque sans avoir besoin de faire un achat ?

 

Vous avez un projet?
Nous contacter

Nous vous envoyons un devis sans engagement



    En envoyant mes données, je confirme que j'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité.

    T. +34 932 688 450