« Nous devons nous souvenir et retrouver les gestes les plus courants et les plus efficaces pour savoir comment adapter nos espaces d’entreprise »

En trois mois, nous avons écrit davantage sur les défis du nouveau bureau que ces deux dernières années. Le discours a porté sur la distance physique, l’hygiène, la qualité de l’air et la conception de l’espace. Toutefois, nombre des solutions proposées existent depuis longtemps.

 

L’histoire humaine est pleine de périodes d’infection et de maladie. Lors de la grippe de 1918, les recommandations de l’époque portaient déjà sur le lavage fréquent des mains, l’isolement des malades ou l’évitement des contacts avec les personnes se rétablissant d’autres maladies. Des mesures telles que la désinfection de locaux tels que les théâtres, les cinémas et les écoles et l’annulation de matchs de football ont également été mises en œuvre.

 

Les mesures proposées avec l’arrivée du COVID-19 ont été dans la même lignée, et nous avons donc constaté que, bien que nous ayons beaucoup avancé sur le plan scientifique, en raison du manque de connaissances, nous avons dû revenir à l’essentiel. Nous pourrions donc conclure que nous devrions ajouter deux autres sens aux cinq que nous avons comme norme : le sens de la mémoire sociale, pour se souvenir et tirer les leçons de notre histoire ; et celui du sens commun, pour juger raisonnablement les situations. Quelles leçons pouvons-nous tirer de la mémoire sociale et du sens commun ? Comment pouvons-nous les appliquer dans notre vie quotidienne et sur notre lieu de travail ? 

 

L’équilibre entre le travail en face à face et le télétravail

 

L’arrivée du coronavirus a affecté les relations humaines à tous les niveaux, y compris bien sûr sur le lieu de travail. Les changements qui, jusqu’à récemment, étaient mis en œuvre à contrecœur dans les entreprises se sont accélérés avec l’arrivée de la pandémie et continueront à le faire. Nous disposons désormais des avancées techniques qui nous permettent de travailler partout où nous avons internet et nous devons en tirer parti. 

Pour des raisons de santé physique et de bien-être mental, le teletravail est imposé. Selon un article paru dans The Economist, différentes études menées au Danemark ont montré il y a quelque temps qu’une plus grande concentration de travailleurs dans les bureaux entraînait un pourcentage plus élevé de congés médicaux. Le télétravail signifie un plus grand confort et une plus grande flexibilité pour le travailleur, ainsi qu’un gain de temps, d’argent et d’impact environnemental avec les déplacements.  

Même ainsi, il ne faut pas oublier que le travail flexible n’est pas seulement du télétravail. Ces derniers mois, nous avons constaté que le travail à domicile n’est pas non plus une solution, car de nouveaux problèmes apparaissent tels que l’anxiété, le stress et la difficulté à se déconnecter. Ainsi, la bonne façon de travailler sera d’intégrer l’utilisation du téletravail à la vie physique. Ainsi les sièges sociaux des entreprises doivent faire partie de cet écosystème du travail. En d’autres termes, nous devons comprendre le bureau comme un lieu où nous allons nous socialiser, même si cela semble contradictoire dans ces termes.

 

Le bureau comme point de rencontre et vision de la marque

 

Le bon sens nous amène à concevoir des espaces conviviaux, inspirés de la culture d’entreprise, avec la mise en valeur des espaces extérieurs et ouverts. Le siège social remplira de nouvelles fonctions au-delà du travail routinier auquel nous sommes habitués : ce sera un espace où nous pourrons rencontrer des collègues, partager des expériences et tenir des réunions plus constructives, plus agiles et plus rapides que les appels à distance.

Le bureau sera un espace adaptable, avec un mobilier transformable et des éléments de délimitation de l’espace pour les situations de bien-être tant pandémique que hygiénique.

À l’heure actuelle, les entreprises disposant de grands bureaux sont celles qui se sont le mieux adaptées à la situation de pandémie et qui ont pu allouer plus d’espace à une circulation sûre. À long terme, cependant, elles devront optimiser leurs bureaux et réduire considérablement l’espace.   

 

Une bonne architecture et un bon design ont toujours été écologiques

 

Le geste d’ouvrir les fenêtres et d’utiliser la ventilation naturelle est l’un des gestes les plus courants et les plus efficaces pour assurer la qualité de l’air dans la « nouvelle normalité ». Il en va de même, dans le domaine de l’architecture et du design, pour placer des porte-à-faux dans les ouvertures orientées au sud, pour fixer des éléments verticaux extérieurs dans les fenêtres orientées à l’est et à l’ouest ou pour améliorer la ventilation transversale entre les pièces et l’extérieur.

 

Bien qu’il ne s’agisse pas seulement d’assainir les bâtiments, il existe aussi des matériaux naturels qui ont de nombreuses propriétés saines. Dans le domaine de la construction, nous pouvons utiliser les matériaux qui sont les plus proches de nous dans notre environnement afin de ne pas gaspiller l’énergie dans les transports.

 

Pour reprendre confiance et retourner au travail, mais aussi pour manger au restaurant, aller au théâtre ou faire des courses, nous devons appliquer les règles de bonne pratique qui ont toujours existé. Nous ne pouvons pas penser que cette situation est exceptionnelle, car elle ne l’est pas du tout. La population des générations passées a vécu des périodes similaires et les a surmontées. 

 

Comme l’a récemment commenté Marcel Benedito dans un webinaire organisé par Cosentino sur la sécurité des bureaux et le design, « s’il y a une bonne éducation et de bonnes habitudes, nous ne devons pas déshumaniser les bureaux ». Ne perdons pas la mémoire et faisons preuve de bon sens. Nous en profiterons tous.

 

Lluís Saiz

Business & Development Manager – GrupIdea

 

 

Vous avez un projet?
Nous contacter

Nous vous envoyons un devis sans engagement



En envoyant mes données, je confirme que j'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité.

T. +34 932 688 450